[FUN] Principes des Réseaux de données

J’ai récemment donné mon avis sur ce que serait, selon moi, un MOOC francophone réussi. L’occasion est belle, avec ce MOOC « Principes des Réseaux de données » proposé pour la deuxième fois par l’Institut Mines-Télécom, de mettre en pratique les critères que j’ai listés pour étalonner la qualité du cours.

Principes des Réseaux de donnéesLe sujet du MOOC est bien indiqué dans le titre : on parle de réseaux, mais surtout de principes. Beaucoup de théorie, de mathématiques et de physique. Modèle OSI, routage et transport sont des thèmes mis en avant dans le résumé du cours, mais prépare-toi à faire chauffer la calculette.

La page de présentation du cours mentionne bien que celui-ci requiert au minimum un baccalauréat scientifique : c’est le cas. Les vidéos sont claires mais très rapides, les quizzes nécessitent nombre de calculs savants… Moi qui espérais m’en tirer avec une simple remise à niveau (j’ai passé le CCNA en 2003), humf…

Puisque l’on parle des vidéos, j’en profite pour gueuler un bon coup contre FUN (et pas seulement à propos de ce MOOC) à propos de l’absence de sous-titres. Pensez aux étrangers, aux malentendants, et même aux hypersensibles que la voix nasillarde ou syncopée d’un prof rend dingues. Allez, tous avec moi : on ! veut ! des sous-titres ! on ! veut ! des sous-titres !…

Autre problème dans les vidéos : les enseignants lisent leur texte. Certains parlent beaucoup trop vite, d’autres ont une gestuelle contre-productive, bref il y a des progrès à faire sur l’aspect oratoire !

Pour le reste, c’est pas trop mal. Bon, je te fais une confidence, vu qu’on est peinard entre nous : je me suis souvent enquiquiné devant ce MOOC. Mais ça ne doit pas te dissuader de t’y inscrire : c’est juste que… comment dire… l’informatique, quand tu en bouffes à toutes les sauces depuis 30 ans, tu as envie d’autre chose. Oui je sais, la syntaxe de cette phrase laisse à désirer, mais non en fait, c’est une figure de style pour exprimer ma lassitude. Quoi qu’il en soit, ne prends pas trop au premier degré mes grommellements lorsque je commente un MOOC d’informatique.

J’ai donc zappé une bonne partie des exercices, notamment ceux qui nécessitaient d’installer plusieurs machines virtuelles pour simuler un réseau : j’y reviendrai peut-être si j’ai (par miracle) un excès de temps libre, mais cela ressemble trop à (une partie de) mon travail de sysadmin pour que j’y consacre de plein gré mes soirées de loisir. Je préfère réserver celles-ci à Homère, aux eucaryotes et aux quasars, sans hésitation. Tant pis pour l’attestation et surtout pour mon insatisfaction (je n’aime pas faire les choses à moitié).

Que dire d’autre ? C’est un bon MOOC dans l’ensemble, plus exigeant qu’il n’y paraît. Au fond, il y a juste un détail qui me chiffonne (pour ne pas dire qu’il le décrédibilise totalement à mes yeux de geektrémiste grammar-nazi). Les enseignants ne cessent de dire « l’Internet » : « sur l’Internet », « à l’Internet », etc. Mes oreilles saignent. Je devrais peut-être me décérébrer en regardant la TF1 et ne plus commander sur le site d’Internet de l’Amazon. Eurk. ^^

 

Évaluation


Technique : 5/10


Pédagogie : 7/10

Intérêt : 4/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *