[FutureLearn] Innovation : the Key to Business Success

Je reviens après quelques jours de pause (non, pas de vacances, simplement débordé) ; le mois d’octobre s’annonce fameux, je suis inscrit à 18 MOOC, pas sûr que mon cerveau tienne la cadence. Pas sûr non plus que je les termine tous, certains me déçoivent déjà… Je t’expliquerai tout cela ; commençons par un premier compte-rendu, celui du MOOC « Innovation : the Key to Business Success » dispensé par FutureLearn.

SI j’ai choisi ce MOOC pour aborder ma « session » automnale, c’est parce qu’il est bref : 3 semaines de cours seulement. Tu peux même le boucler en 8-10 jours puisque FutureLearn, comme à son habitude, est souple sur les délais (c’est presque un cours « self-paced ») et relativement peu chronophage.

Innovation : the Key to Business Success

Que trouve-t-on dans ces 3 modules ? Là encore c’est du FutureLearn tout craché : quelques vidéos (de bonne facture, il faut le souligner), du texte, des quizzes très brefs et une petite dose hebdomadaire d’exercices évalués par les pairs. Pour un sujet aussi vaste, c’est un peu léger.

Il faut dire que les auteurs de ce cours ont choisi un aspect bien particulier de l’innovation : pour eux, seule l’innovation réussie, celle qui fait prospérer l’entreprise et évoluer le marché, présente un réel intérêt. C’est discutable mais soit. Le cours porte donc sur les différents types d’innovation commerciale (incrémentale, radicale, « disruptive »/perturbatrice) mais n’explique pas vraiment comment innover : il passe en revue un certain nombre d’innovations, explique leur contexte, le « pourquoi », puis leurs conséquences, mais c’est à l’étudiant de s’interroger sur le « comment ». Je t’avoue que ce n’est pas ce que j’attendais du cours.

Il faut également noter que ce MOOC est subventionné par Marks & Spencer, et que c’est bien évidemment chez ces derniers que la plupart des études de cas sont prises… Cela ne m’a pas empêché de trouver ces vidéos intéressantes, mais j’aurais aimé davantage de variété. J’ai l’impression d’avoir appris plus de choses sur l’industrie textile que sur l’innovation, c’est gênant non ?

L’intrusion d’une grande entreprise dans le financement et la conception d’un MOOC incite généralement à la prudence ; ici, une fois de plus, je reste sur ma faim, avec la sensation désagréable que mon temps de cerveau de learnaholic a été partiellement vendu à un marchand de tapis. C’est typiquement le genre d’expérience qui me fait aimer encore plus la philosophie d’edX.

 

Évaluation


Technique : 7/10


Pédagogie : 3/10

Intérêt : 3/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *