[Coursera] Foundational neuroscience for perception and action

Un des rares métiers que je n’aurais jamais voulu faire, c’est toubib (à moins d’être accompagné de la Dame – hum pardon pour la private joke). Ce n’est pas pour autant que la médecine ne m’intéresse pas, au contraire ; les neurosciences, en particulier, m’intriguent et me fascinent, et je n’ai pas pris le temps de réfléchir avant de m’inscrire à « Foundational neuroscience for perception and action » au printemps dernier : c’était trop tentant. Voyons ensemble ce qu’en ont pensé mes synapses. :)

Foundational neuroscience for perception and actionEh bien elles ont chauffé. La présentation du MOOC annonce 4 à 5 heures de travail hebdomadaire : compte le double. Malgré mes bases dans ce domaine, j’ai appris énormément de choses.

Les quizzes sont difficiles et longs, mais bien écrits, sans risque de confusion. J’ai zappé le premier exercice évalué par les pairs car il s’agissait d’un dessin ; il ne compte que pour 5% de la note finale donc ce n’est pas bien gênant.

Points forts

  • Enseignant sympa, passionné, n’hésitant pas à bavarder 30 secondes sur le temps qu’il fait avant de commencer son cours… Hein ? Quoi ? Un médecin sympathique ? T’as fumé quoi Matthieu ?
  • Slides et photos diablement efficaces ; vidéos propres, sous-titres globalement corrects
  • Les séances de dissection/manipulation de cerveaux sont juste… wahou. Jouissives.
  • Exercices parfaits (difficiles, exigeants, et rendant bien compte de l’assimilation du cours)
  • Fantastique outil (externe) d’exploration en 3D du système nerveux central

Foundational neuroscience for perception and actionPoints faibles

    • MOOC très exigeant. Ce n’est pas vraiment un point faible, mais il faut bien en avoir conscience avant de s’engager : tu vas y passer toutes tes soirées pendant plus d’un mois. Et si tu n’as pas un niveau Bac S en chimie, le module 2 (sur la transmission des influx nerveux) va te faire souffrir. ^^
    • Certaines vidéos sont un peu longues ; au-delà de 25 minutes ce serait mieux de fractionner, pour maintenir l’attention mais aussi pour faciliter la recherche d’informations après coup.

J’ai passé d’excellents moments avec ce MOOC et je ne regrette absolument pas le temps passé. Je comprends un peu mieux les lamentations des étudiants en médecine à propos du bourrage de crâne : si c’est aussi intense en anat’, en pharmaco, etc, y’a de quoi se griller quelques cases (… tout s’explique donc).

Et si par hasard tu trouves ça un peu light, sache que ce MOOC est en réalité… un résumé, oui, une synthèse de son grand frère. Bon, j’ai comparé un peu les deux, le grand frère met surtout l’accent sur l’aspect clinique, aborde de nombreuses pathologies, etc ; c’est utile si tu te destines à être neurologue, sinon le MOOC « basique » (belle litote) suffit amplement. 😉

Évaluation


Technique : 9/10


Pédagogie : 9/10


Intérêt : 9/10


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *