Rhacca Pulco citrooooon

Aaaah misère de misère à cause de cette foutue crève je suis à la bourre. Bon, ce chapitre arrivera très bientôt, ce week-end sans doute, promis. Et on dira que c’était aujourd’hui. Je sais, c’est franchement maladroit, mais zut, j’ai un torticolis moi !

Au fait, tant que je suis là à m’exprimer publiquement face à une foule déchaînée… euh, enfin bref, je souhaite la bienvenue à Ambroise dans ce monde guignolesque et félicite bien bas ses heureux parents :-) Vivement que je voie ce bout d’chou en vrai, pour savoir s’il est aussi adorable qu’en photo 😉

(Un mois plus tard, ça y est, chapitre fini, décidément en ce moment je suis en retard dans tout… Pardon à ceux qui attendaient, s’il y en avait…)


Un courant d’air frais vespéral parcourait déjà les tunnels d’Ombale lorsque Rhacca sortit du cabinet d’Arlo jouxtant la bibliothèque; elle avait les yeux irrités à force d’avoir lu. Elle s’appuya d’une main sur sa canne, de l’autre sur la paroi rocheuse, et se dirigea vers la salle commune.

Ces quatre semaines d’étude avaient été pour le moins déroutantes. Par certains côtés, les résultats obtenus dépassaient ses espoirs les plus insensés, mais par ailleurs elle devait faire face à un trouble grandissant né de ce nouveau savoir…

Son apparent zèle initial avait incité Arlo à se consacrer un peu plus à elle: tandis que les quatres jeunes demi-sang récitaient leurs gammes, comme nécessaire sans doute à leur âge, il avait permis à Rhacca de se lancer petit à petit dans la mise en pratique. Rien de bien impressionnant certes, mais cela l’avait peu à peu mise à l’écart des enfants, ce dont elle s’était félicitée: elle avancerait à son rythme, et serait dispensée de leurs piaillements insupportables.

Il lui avait fallu une demie-lune pour atteindre un niveau de concentration jugé « acceptable » par Arlo; c’était à la fois peu (les jeunes enfants avaient généralement besoin de six mois) et beaucoup, à ses yeux. Elle avait passé des matinées entières à chercher cet état particulier de conscience, et surtout à s’y maintenir. Les longues nuits d’insomnie passées à s’exercer seule dans sa chambre l’avaient sans doute aidée.

Une fois cette base acquise, Arlo l’avait testée, d’une façon peu claire pour elle: il avait cherché à établir ses forces et ses faiblesses selon un protocole qui, selon Rhacca, avait tout du pseudo-mysticisime d’un bonimenteur de rue. Quelques coups d’oeil à son « aura » et quelques imprécations plus tard, il déclara, peu à l’aise, que Rhacca semblait « douée pour la clairvoyance… à moins que ce soit le commandement ».

Il appela donc à la rescousse Elerion, responsable du premier Cercle d’entraînement, un homme au physique typique des Songeurs: grand, mince, au regard brillant d’intelligence et aux gestes millimétrés. Il examina mentalement la jeune fille, fronça les sourcils et s’entretint à voix basse avec Arlo, laissant Rhacca à l’écart. Par la suite, celle-ci ne sut rien de leur brève entrevue, mais Arlo sembla mettre encore davantage de coeur à l’ouvrage pour l’assister dans son entraînement.

Les premiers résultats concrets se manifestèrent peu après; elle constata une augmentation progressive de ses capacités physiques après la séance de concentration juste avant l’aube, augmentation de plus en plus nette chaque jour. Jusqu’à ce qu’elle parvienne à faire quelques pas, à l’aide d’une canne bien sûr, mais quelques pas tout de même… Retour en arrière de plusieurs années, et résultat inespéré au vu du peu de temps passé à Ombale. Rhacca n’osait même plus imaginer jusqu’où quelques années d’entraînement pourraient la mener.

Tout n’était hélas pas si simple, et elle n’avait pas vraiment le temps de se réjouir de cette évolution des choses. Une agitation fébrile avait envahi Ombale; les Songeurs murmuraient entre eux, laissant Rhacca à l’écart de leurs conciliabules, et elle doutait que toute cette inquiétude soit uniquement due à des dissensions politiques entre Leshrac et ses opposants. Ceux dont les facultés psychiques étaient les plus développées restaient enfermés jour et nuit dans leurs salles privées, comme s’ils étaient accaparés par des tâches de grande ampleur, et les galeries de la cité souterraine semblaient presque dépeuplées.

Et comme pour l’accabler encore davantage de soucis, le sommeil ne venait plus à Rhacca. Avant, à Ienon, dans ce qui lui semblait être une vie antérieure, elle avait pris l’habitude de dormir aussi bien le jour que la nuit, sans s’imposer d’horaires, et son entrée brutale dans une vie « active » l’avait tant épuisée qu’elle dormait depuis d’un sommeil très profond. Puis, lorsqu’elle avait cherché à perfectionner sa concentration, elle s’était contrainte à veiller plusieurs nuits d’affilée, et depuis elle ne parvenait plus à s’endormir, même terrassée par l’épuisement. Les rares fois où le sommeil venait, il se peuplait de cauchemars qui la réveillaient aussitôt, ne laissant derrière eux qu’un goût de cendres dans sa bouche.

Elle s’en était ouverte à Prisno, à qui elle aimait se confier lorsque la fatigue déliait sa langue. Il lui avait conseillé d’accompagner son groupe qui se rendait à un village voisin pour s’approvisionner en nourriture; c’est seulement alors que Rhacca réalisa que les Songeurs avaient des contacts réguliers avec des humains habitant à la surface (elle ne s’était pas encore habituée à les appeler Puissants), ne serait-ce que pour le commerce.

Elle marcha donc avec eux sur quelques centaines de mètres, puis Prisno la porta dans ses bras pour gravir les escaliers tortueux menant à diverses cavernes à flanc de montagne. Des ânes les attendaient dans l’une d’entre elles; Rhacca en prit un pour monture et les autres furent chargés de sacs contenant des pierres semi-précieuses et de métal prêt à être forgé. Prisno lui rabattit sans un mot la capuche sur la tête, ce dont elle comprit l’utilité lorsqu’elle plongea dans la clarté aveuglante du jour.

Ses yeux mirent plusieurs minutes à s’y accoutumer, mais ensuite elle vit l’herbe grasse sous les sabots de son âne, les collines boisées se succédant à perte de vue, et les champs labourés entourant le hameau dans la vallée en contrebas. Et le soleil fit fondre ses incertitudes aussi sûrement qu’il ressuscita sa mélancolie.

Une réflexion au sujet de « Rhacca Pulco citrooooon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *