Lain is pain

La semaine avait été moins stressante que la précédente, au point qu'elle paraissait presque vide d'émotions… Les jours défilaient… Jusqu'à ce qu'une nouvelle tombe.

Comment peut-on mourir subitement à 13 ans ? Sans raison, sans qu'aucun humain ne soit coupable, sans la moindre explication ? Qui peut se prétendre assez miséricordieux pour laisser faire ça ? J'ai beau T'aimer, je T'emm…, qui que Tu sois…

Comment ne pas se sentir insignifiant, futile, dérisoire, face à une telle injustice ? Comment garder le droit de pleurer ou de rire lorsque la Nature, le Destin, Dieu ou le super-calculateur qui nous gouverne se fout ainsi de notre gueule ?

A quoi bon pestiférer sur un blog, hein ?

Une réflexion au sujet de « Lain is pain »

  1. Tine

    Pourquoi pleurer sur une mort de 13 ans ? pourquoi pas sur un vieillard de 98 ? Parce qu’il a profité de la vie ? La vie est ainsi faite quelle n’a de sens que par la mort qui arrive au bout. Un age ou un autre n’a que fort peu de sens pour celui qui n’est plus…cela n’a d’importance après la vie que pour ceux qui restent. Les regrets nous ne les éprouvons pas pour celui qui n’est plus, qui ne souffre plus, mais pour nous même nous qui restons vivants et souffront de la perte. Et puis le vide n’existe pas dans la nature, un part, un autre arrive. Tout à un sens, un but, une raison, seulement nous sommes trop ancrés sur terre pour les connaitre.
    Je ne parle pas ainsi parce que je n’ai pas de coeur, mais parce que j’ai vécu ce drame, la mort d’un tout jeune enfant… Et c’est réconfortant de savoir que sa mort avait un but…16 ans sont passés et maintenant je crois savoir quel était ce but…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *